LE (TRÈS) GRAND MARSEILLE

Marseille sur le divan

Commanditaires : Théâtre des Bancs Publics et Lieux publics
Date de restitution : octobre 2009

"... Marseille, la ville qui ne cesse de se donner en spectacle, la ville de tous les excès, l’étoile morte, sans doute le cas le plus étonnant de toute l’histoire de l’ANPU avec une conférence de restitution qui dépassait l’entendement puisqu’elle avait été mise en scène au chœur même de l’église de la Belle de Mai, place Caffo. Ce jour-là, l’église était remplie à ras bord et j’officiais à la place du prêtre pour essayer de redonner espoir à tout un peuple mais à aussi à toute une ville, si souvent calomniée... Derrière moi, sur une immense banderole, avait été affiché en lettres de feu le mot Paix. Je ne compris que beaucoup plus tard que le mot Paix avait été disposé là que parce que ce n’était ni plus ni moins que l’association de deux mots lourdement chargés de sens, Paris et Aix, soit les deux pires ennemies de la ville. Encore aujourd’hui je ne sais si cette banderole avait été installée là consciemment ou pas et si oui mais pourquoi ?..."

Laurent Petit

info portfolio

Les études de cas

Retour à la carte